PDF à télécharger

Yom Kippour (יום הכִּיפּוּרים jour des expiations) est généralement connu sous le nom jour du Grand Pardon (Voir Lévitique 23:26-32).

Le 10 Tishri, depuis le soir précédent jusqu’au soir, tous les Juifs sont convoqués devant Dieu pour faire leur examen de conscience, et demander au Créateur le pardon pour les fautes commises volontairement ou non.

La Tora prescrit de jeûner toute la journée et de se repentir pour obtenir le pardon. La journée est passée en prières à la synagogue, où l’on s’abstient de tout confort matériel pour se présenter dans l’humilité devant Dieu.

Au temps du Temple, après tout un cérémoniel, le Grand Prêtre (cohen gadol כהן גדול) pénétrait pour la seule fois de l’année dans le Saint des Saints, la salle au cœur du Temple où résidait la Présence Divine, et obtenait le pardon pour tout le peuple.

Yom Kipour est souvent vue comme la solennité la plus importante du calendrier juif. Pourtant, dans la tradition juive, le Jugement des êtres se fait lors de Rosh Hashana, et le verdict divin est prononcé lors de Hoshaana Raba.

Le jour du Pardon a été concédé par Dieu au peuple d’Israël suite à l’épisode idolâtre du Veau d’or dans le désert du Sinaï, pour qu’ils puissent se racheter. Aujourd’hui, il ne faut pas considérer le Yom Kipour comme une occasion de se laver de ses fautes avec légèreté, mais comme le moment d’une vraie et sincère Téshouva (תְשׁוּבה  retour). Donc, de prendre conscience et de revenir à Dieu.

Références

Lévitique 23 : 27-28
« Le dixième jour de ce septième mois, ce sera le jour des expiations (yom hakipourim – יוֹם הַכִּפֻּרִים ) vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, vous offrirez un sacrifice à l’Eternel, et vous ne ferez aucun travail en ce jour précis ; car c’est un jour d’expiation, destiné à vous réhabiliter devant l’Eternel votre Dieu. »

Lévitique 16 :30
« Car en ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier : vous serez purifiés de tous vos péchés devant l’Éternel. 

אֶתְכֶם vous לְטַהֵר pour purifier עֲלֵיכֶם sur vous יְכַפֵּר il fera l’expiation הַזֶּה celui-ci בַיּוֹם au jour כִּי car

Ki vayom hazé yekhaper alekhem letaher etkhem

Un mot important dans ce verset en hébreu יְכַפֵּר vekhaper « il fera l’expiation » qui est synonyme de couvrir le visage de quelqu’un pour qu’il ne voie pas ou plus la faute.

 

Ma note personnelle : Yeshoua (Jésus)  nous rappelle sans cesse l’importance de pardonner, comme le Père, notre Dieu nous pardonne aussi.

Yom kippour est certes l’un des jours le plus important en Israël avant « souccoth » et même chez plusieurs frères chrétiens Messianiques.

Plusieurs demandent pardon en ce jour de yom kippur s’ils ont offensé durant l’année quelqu’un mais le reste du temps, retombe dans leurs travers après ce jour. Cela est regrettable de le constater. Une analyse nous montre que faire expiation est un acte perpétuel.

L’importance du pardon, c’est toute l’année et pas qu’une seule fois par an à Yom Kippour. Matthieu 6 :14-15, Jésus dit « Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »

Pardonnez,  il n’est pas évident de comprendre le sens profond. Il est possible que vous ayez subi de graves dommages psychologiques. Dans certain cas, vous devez prendre des mesures d’exclusion si la personne et dans une attitude continuelle de vous nuire. Par exemple l’apôtre Paul écrit dans sa lettre dans 1 Corinthiens 5 :11 « Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. » et 2 Thessaloniciens 3 :5-6 « Que le Seigneur dirige vos coeurs vers l’amour de Dieu et vers la patience de Christ! nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous. ».

Mais surtout, prier comme Moïse l’a fait et demander miséricorde à Dieu, ne garder aucune rancœur. Moïse aurait pu ne rien faire après l’épisode du veau d’or quand Elohim était prêt à anéantir ce peuple réfractaire. Mais Moïse va intercéder et demander à Dieu  d’avoir « pitié », il lui rappellera aussi sa bonté et sa miséricorde, « tu es lent à la colère Seigneur ».

Revenons au verset 14 de Matthieu 6 « Si vous pardonnez… »

Notez en grec le terme pardonnez est ἀϕίημι « aphiêmi» qui veut dire

  1. S’en aller
  2. Céder, expirer
  3. Laisser aller, laisser faire, laisser dire

Ne tenir aucun compte de…

Laisser, ne pas discuter maintenant

  1. Oublier, remettre une dette
  2. Rendre, ne pas garder plus longtemps

Permettre, accorder, donner une chose à quelqu’un

Quitter, laisser quelqu’un

  1. Dans le but d’aller dans un autre lieu
  2. Partir de chez quelqu’un
  3. Partir et laisser à l’abandon
  4. Déserter
  5. Partir en laissant quelqu’un derrière soi
  6. Ne pas prendre quelqu’un comme compagnon

Remettre une dette, avez-vous remarqué dans les suggestions ?

Justement, l’origine du mot כִּפֻּר « kippour »,  est « kaphar » כָּפַר synonyme de «couvrir, de racheter » ou kopher כֹּפֶר de « rançon ». Le jour des expiations préfigurait ce que fera le Mashia’h Yeshoua (Jésus).

Pardonnez ne veut donc pas dire que vous devez vivre avec cette personne qui vous cause du tort, mais d’oublier, de laisser aller. Vivre dans le pardon nous rend libre, croyez-moi, l’ayant moi-même expérimenté. Il faut s’en aller du danger et ne pas nous venger nous-même.

Nous devons pardonner et laisser aller,  s’en aller, quitter et comme nous l’avons vu dans le schéma plus haut, aller dans un autre lieu, déserter, partir et laisser derrière soi. Vous devez continuer à vivre  et avancer, partir en laissant quelqu’un derrière soi. Ce n’est pas un aveu de faiblesse de partir et de laisser aller. Partons sans aucun remord et prions pour eux, bénissons les. Il nous faut fuir de certaines situations fâcheuses et prier.

Beaucoup refuse ce fait du pardon parce qu’ils ont été trahi et blessé. Mais par-dessus tout, ne gardon pas l’amertume de ce qui nous a blessé et remettons la dette à ceux qui nous offense par la voie du pardon

Etudions en profondeur le sens réel du pardon. Si nous nous éloignons, peut-être que la personne prendra conscience devant le Seigneur et qu’il changera d’attitude. Tant que le monde n’a pas vu la fin, il y a toujours de l’espoir. Nous sommes incapables de pouvoir changer l’attitude de quelqu’un et cela nous blesse de cet échec, mais s’il revenait vers moi, quel sera mon attitude ? Le pardon ou non ? Ce n’est pas à nous de juger si l’un ou l’autre ira en enfer, nous ne sommes pas Dieu le Père pour affirmer qu’une personne ne pourra jamais changer. C’est Yeshoua, (Jésus) qui à la fin jugera les hommes pour leurs actions bonnes ou mauvaises.

Chacun ce jour-là nous répondrons de nos actes devant le Seigneur. Du 1er janvier au 31 décembre nous devons pardonnez. Pas seulement que le jour de Yom Kippour.

Nous devons vivre telles que Yeshoua (Jésus) nous l’a montré quand il était sur la croix et dire comme lui « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. » Luc 23 :34.

Oui, un homme ou une femme est peut-être conscient de ce qu’il fait vraiment, mais nous savons que le prince de ce monde et présent et il aveugle le monde au point de rendre les gens incrédule. La bible dit « le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. » 2 Corinthiens 4 :4

Allons-nous tomber dans le piège ?

Ils savent ce qu’ils font dans leur monde aveuglé, mais ils sont ignorants et ignoré du Royaume de Dieu. Certaines choses et actes sont plus fort qu’eux. Le diable n’aime pas voir le peuple de Dieu dans l’amour et le pardon alors il utilisera tous les moyens possibles pour refroidir le peuple de Dieu. La Parole de Dieu parle pour notre temps dans l’Evangile de Matthieu 24 :12 « A cause de la progression du mal, l’amour du plus grand nombre se refroidira, », j’ai pris la version en français courant de nos jours pour que nous comprenions.

Oui, nous voyons des attitudes qui nous choquent, mais pourquoi ?

Pendant ce temps ou prêtons attention à ce qui nous choque, nous sommes distraits sur les vrais objectifs du pardon. Nous disons que nous irons dans les prisons prêcher aux prisonniers qui ont peut-être commis des crimes atroces. Nous disons que si ce criminel s’est repenti et a accepté Jésus, il sera pardonné. Mais un frère ou une sœur qui s’égare, nous sommes dans un sentiment de dire qu’il sera jugé dans le tourment éternel, qu’il est disqualifié par Dieu. Comment pouvons-nous le savoir ? Sommes-nous Dieu ?

On vous a fait du mal, un frère ou une sœur vous a fait du mal ou trahi, la bible est clair et voici les paroles de Yeshoua  « Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. » Luc 6 :27-28.

Si nous n’avons pas le pouvoir de changer l’attitude d’un homme ou d’une femme, Dieu le peut et le fera si tel est Sa volonté. N’oubliez pas que les élus du Seigneur Yeshoua sont marqué du sceau que seul lui est capable de voir. Encore heureusement pour nous de ne pas le savoir. Nous devons vivre comme le Seigneur nous le demande.

Pour terminer méditons La lettre de Paul aux Romains 12 :17-19 « Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. »

Soyons en paix, vivons Yom kippour chaque jour. Pardonnez !!!

Yom Kippour Symboliquement cela se passe juste avant la fête des tabernacles, et ce n’est peut-être pas si anodin que cela. Pourquoi, qui a-t-il entre Yom Kippour et la fête des tabernacles? La naissance du Mashia’h selon des calculs à voir dans l’exposé de la fête de souccoth.

Avant que Yeshoua ne commence son ministère, Jean le baptiste prêchait « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. Jean est celui qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète, lorsqu’il dit : C’est ici la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.  » (Matthieu 3 :2).

Jean le baptiste disait aussi « Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.  » (Matthieu 3 :11).

Demander pardon, n’est-il pas une forme de repentance? Pour être pardonné, il faut qu’il y ait un signe de repentance de l’offenseur à l’offensé. Et c’est un peu la difficulté de notre société de souvent de ne pas reconnaitre ses torts.

Si la repentance s’exprime par une reconnaissance de faute ou d’offense, le pardon en est la finalité et la conséquence. Qu’il s’agisse de l’hébreu biblique ou du grec du Nouveau Testament, la notion de pardon s’exprime très concrètement par une remise de dettes : סליהה (selihah) en hébreu, άφεσις [aphésis] en grec. :

Méditez ce passage de l’Evangile de Matthieu 18:23-35 un serviteur est en dette avec son roi et donc, le roi ordonne qu’on saisisse ses biens, sa femme et ses enfants pour les vendre et s’acquitter de sa dette. Mais le serviteur se jette à ses pieds et l’implore la pitié. Le roi est ému de compassion et il l’acquitte de sa dette, il est gracié. Mais ce serviteur fera-t-il pareil lorsqu’un de ses compagnons lui devait 100 deniers?

Non, au contraire, il le saisit, il l’étrangle et lui dit « paie ce que tu me dois ». Mais son compagnons se jette à terre, le supplie « Aie patience envers moi, et je te payerai ». Mais le serviteur ne le veut pas, il le fait jeter en prison jusqu’à ce qu’il a payé sa dette.

Ce qu’il se passa ensuite? Lisons les versets 31 à 35 « Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi ? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.  »

La repentance et suivi du pardon, et une remise de dette. Nous devons agir ainsi les uns pour les autres. Jésus nous remis notre dette, il paie pour nous.

Méditer cela, la rancœur, croyez-moi, pour l’avoir vécu, n’apporte que des malheur et la ruine jusqu’à vous détruire et détruire votre famille.

Ce que symbolise yom kippour ?

Dans Lévitique 16 :32 il est écris « L’expiation sera faite par le sacrificateur qui a reçu l’onction ». Yeshoua est le Souverain sacrificateur, c’est Lui qui a expié nos fautes par le moyen de son sacrifice. Lévitique 23  et la fin du verset 27, il est écris « vous offrirez à l’Eternel des sacrifices consumés par le feu. » Yeshoua s’est offert en sacrifice, il est l’Agneau final, l’Agneau de Dieu « qui ôte le péché du monde » (Jean 1 :29). Kippour signifie « expiation, expiatoire » et important pour ce message « rachat ».

Important à faire remarquer dans Lévitique 16 :32 il est écris « L’expiation » וְכִפֶּר  « vekhiper » dans le sens de couvrir. En effet, en ce temps de la loi, le jour des expiations, on offrait un sacrifice.   Les sacrifices étymologiquement couvraient nos fautes mais étaient incapable d’ôter le péché de l’individu. Ces offrandes et sacrifices étaient l’image du sacrifice de Yeshoua qui allait effacer pleinement les péchés. En ce temps de la loi, Dieu accordait son pardon en prévision de l’œuvre du Mashia’h qui a satisfait réellement à la justice Divine. Paul écrit aux Romains 3 :25-26 « C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, 26 de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. »

Dans le temps présent, il ne faut pas se tromper, il n’est jamais dit que le sacrifice de Yeshoua couvre nos fautes, mais que Dieu justifie celui qui a la foi en son Fils Yeshoua. Parce que alors si nous pensons qu’il couvre nos fautes en fermant les yeux, nous pourrions continuer à pécher comme si de rien n’étais. Et il eut bien du temps de l’église primitive, des dérives et de la débauche au sein de quelques communautés. Et Paul dira aux Galates 5 :13 « Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; »

Yeshoua nous remet notre dette, il nous pardonne, alors remettons la dette à ceux qui nous offense. Yeshoua nous montre au travers de la prière un modèle de ce que Notre Père fait avec nous « Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié; 10 que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; » (Matthieu 6 :9-12).

Méditons de l’importance du pardon que nous avons reçue de la part de notre Sauveur Yeshoua et que nous accordons aux autres et humilions-nous.

Soyez béni,

Roger

 

Roger Delplace
Responsable

Categories:

Tags:

Réponse

Laisser un commentaire

Infos 
Horaire Eglise de maison "Le tabernacle, maison d'adoration"

Pas de culte pour en maison pour le moment, mais vous pouvez suivre nos exhortations sur le site et commenté.

Exhortation

Pour un paiement instantanée avec votre app bancaire scanner le code avec le montant de votre choix pour votre don