Soumis à Dieu

Exhortation: Soumission

Le suicide et l’avortement est un choix pas une maladie. On ne peut le mettre dans la catégorie des maladies infectieuses.
Par 3 fois j’ai tenté de mettre fin a mes jours poussé par des voix et des pulsions. Le rejet en était la plus grande cause.
Je mettait les médicaments sur la table, il y avait un combat entre « Fait le » et « Non ne le fait pas ». La décision finale me revenait de choisir entre vivre et mourir. Une maladie infectieuse, cancers et pandémie nous n’avons pas de choix, elle nous tombe dessus. Nous nous en remettons en la médecine et en Dieu pour guérir.

Je suis sur qu’il y a toujours un acte réfléchi avant de passer a l’acte. On peut boire ou se droguer pour se donner le courage de passer à l’acte. J’ai rencontré beaucoup de suicidaire durant mes séjours en psychiatrie. Pour ma part bien que ça été considéré comme tentative, c’était plus un appel au secours que de vouloir vraiment mourir. Il suffit d’une fois pour que ça aille trop loin. Mais un jour j’ai décidé de me reprendre en mains et de ne pas donner raison a celui qui voulait me voir disparaitre. Je me suis reconnecté avec Jésus dans le secret et demandé pourquoi je vivais cela. J’ai eu la réponse…. Un manque de pardon envers un proche. Quand j’ai fait la démarche que le Seigneur m’indiquait, j’ai eu la guérison.

Si on se confie au Seigneur, si nous remettons notre vie entre ses mains, si nous osons nous relever de la boue ou nous sommes et dire comme le fils prodigue « Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, » (Luc 15:11-32). Je me suis vu comme lui, le fils prodigue. Mon Père n’attendais que mon retour. J’ai d’ailleurs écris un chant dans ce sens… Maintenant le but de l’article n’est pas de parler de suicide mais de laisser Dieu décider de la suite de notre vie… même si c’est dur.

Durant mon séjour à l’hôpital pour le covid 19, j’ai prié 3 jours et 3 nuits pour vivre mais mon état selon les rapports se dégradait. J’ai prié pour les membres de notre assemblée et ma famille qu’ils gardent la foi et j’ai accepté la volonté de Dieu, j’acceptais de mourir si tel était sa volonté. J’étais confiant qu’il agirait si je m’en allait vers Lui, j’ai ressenti cette confiance. De la, une solution est venue par un médicament par voies intraveineuse qui a fait tombé la fièvre en 2h que j’avais depuis 4 semaines a 38-39,5.

J’ai vu les radiographie de mes poumons, c’est un miracle que je n’ai pas été intubée. Quand j’ai accepté de mourir, le Seigneur à décidé de me laissé vivre.

Jacques 4:10 « Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. ». Mon sort n’était pas entre mes mains, je n’avais aucun pouvoir d’ajouter des années a ma vie, mais Dieu oui. Il faut passer par l’acceptation et le reconnaitre « Sans toi Seigneur Jésus je suis perdu ». Il ne peut qu’agir chez celui qui s’abaisse et qui se soumet à sa volonté.

Une phrase d’Augustin, philosophe et théologien (354-430 ap. JC) dit:
« Comme un arbre, afin de s’élever bien haut, doit d’abord enfoncer ses racines profondément dans la terre, de même quiconque n’a pas son cœur affermi par les profondes racines de l’humilité ne s’élève que pour une ruine certaine. »

A médité Job 5.11 ; Ecclésiastique 2.17 Matthieu 23.12 ; Luc 14.11 ; 1 Pierre 5.6

Soyez bénis
Roger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 + 7 =