Mon témoignage: De l’ombre à la lumière

Mon témoignage : De l’ombre à la lumière (Roger Delplace)

Mon témoignage parle sur les années d’une dépression très grave que j’ai subi. Quand j’ai été guéri surnaturellement dans mon sommeil en février 2013, je m’en souviens car j’ai vécu ce jour comme une renaissance, plusieurs se sont opposé, pasteur etc… a reconnaitre ma guérison. J’ai été combattu jusqu’en décembre 2017 avec menace de ne pas publier mon témoignage mais de faire un démenti. J’ai fait le contraire, j’ai publier.

En audio et format texte a partager

Roger Delplace

J’ai été touché par Dieu le 23 aout 1986, bien que j’aie fait un passage chez les témoins de Jéhovah à ce moment de 1986 à 1992. Mon rêve étais de devenir un grand missionnaire dans l’évangélisation mais le but premier que Dieu m’a toujours fait comprendre, c’est de le chercher LUI SEUL par ce verset constamment dans mon esprit, Mathieu 6:33 « Recherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus. »

M’a recherche constante, m’a fait connaître qui étais Jésus, lui l’Alpha et l’Omega (Apocalypse 1:8) « Je suis celui qui est et qui étais… » Je voulais toujours être au service de Dieu, mais avec l’ambition d’être connu dans les nations, comme apôtre, prophète et chanteur. Mais le comble de tout, c’est que Dieu abaisse l’orgueil de celui qui veut être connu plus grand que le Maître (Jésus seul).
Dans la logique, j’ai vu que beaucoup étais en compétition à devenir grand pour obtenir le ministère qui ne lui serai finalement jamais donné. La majeure partie des querelles sont nos ambitions et la compétition. Pour plusieurs, les rêves sont inaccessible et la déception s’installe provoquant des querelles sur la question: « qui est le plus grand? »

En audio sur Youtube:

 

Voici une réponse de l’évangile de Luc: «Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation: lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand? Jésus leur dit: Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert. Car quel est le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert? N’est-ce pas celui qui est à table? Et moi, cependant, je suis au milieu de vous comme celui qui sert.» (Luc 22:24-27)

Plusieurs aiment encourager pour nous donner de la valeur. A leurs yeux, je serai devenu un chanteur dans le ministère remplissant des salles de concert grandiose, les étoiles, les paillettes et voir l’argent du succès venait aux yeux. Mais je suis autrement de tout cela, même que je suis à des années-lumière de voir l’accomplissement des encouragements reçu. J’ai toujours eu des ambitions, voir mon nom sur des affiches pour des événements grandiose pour prêcher, chanter et apporter le réveil sur mon pays et comme visionnaire, le monde avec (pourquoi pas?).
C’est sans compter que si nous sommes fort intimes avec Dieu, il abaisse nos ambitions et notre orgueil clairement par des signes. Ensuite, il fait passer par l’épreuve et le feu, jusqu’à ce que je demande son secours avec intensité. Les autres voudraient bien vous aider par leurs prières, ils vous impose les mains et veulent vous sortir du cauchemar que vous vivez. Mais vous voyez que leurs aides et inefficace. Ceci, jusqu’à ce que je comprenne que seul Jésus doit-être connu et reconnu comme Maitre, dont l’Esprit de Dieu qui demeure en nous:
« Le Père vous donnera un autre consolateur, l’Esprit de vérité… car il demeure AVEC VOUS, et il sera EN VOUS. » Jean 14 : 16-17

Que je comprenne ce que Jésus attend de moi par ceci: «Partage ton pain avec celui qui a faim et fais entrer chez toi les pauvres sans foyer ! Quand tu vois un homme nu, couvre-le ! Ne cherche pas à éviter celui qui est fait de la même chair que toi ! Alors ta lumière jaillira comme l’aurore et ta restauration progressera rapidement, ta justice marchera devant toi et la gloire de l’Eternel sera ton arrière-garde. » Esaïe 58:7 et 8
Plusieurs d’entre nous sommes tombés dans la luxure par le succès du ministère. Moi-même, si mes rêves, même juste un seul s’étaient accompli, je n’aurai pas compris le sens de ce message. J’aurai assuré m’a sécurité sur mon image d’être reconnu avec financement en plus. Si Dieu habite en moi, c’est lui au travers de moi qui parle et qui chante pour vous. Ses dons sont gratuits, à exercer à outrance les uns pour les autres. C’est simplement cette lumière qui jaillit quant Christ (oint et voir onction) est en nous.
Je suis pasteur, apôtre, prophète ou chanteur, ou papa en Afrique? Qui je suis? Celui qui parle à travers moi, c’est Jésus de Nazareth. J’ai compris que ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ Jésus qui vit en moi pour vous et je m’efface pour son nom.

La dépression

Beaucoup m’ont un jour demandé quand je ferai mon témoignage sur ce qu’ils savent de mon vécu dans la dépression. Je l’ai fait quelques fois vaguement parce que mon témoignage m’a souvent porté préjudice et encore à ce jour il me porte préjudice avec des personnes mal intentionné. Je crois que dans notre monde de croyant, on devrait faire comme dans the voice : Ecouter avec les sièges retourné pour ne pas juger sur l’apparence. J’ai été combattu avec menace pour que je ne publie pas ce témoignage.

Mon visage porte la marque de ces antidépresseurs et des effets qu’a faits le tabagisme durant les années que je l’ai vécu. J’ai perdu des dents et je ne suis donc peut-être pas beau à voir jusqu’au moment où j’aurai enfin une prothèse dentaire.
Certains s’oppose à ce témoignage parce que je n’ai pas montré de certificat médical. On m’avait même demandé mon dossier. Bien évidement quand j’en ai parlé à la psychiatre qui s’est occupé de moi durant des années, elle a refusé que je me justifie.
J’ai passé presque toutes ma vie à me justifier et j’ai même dû demander pardon selon le conseil d’un de mes pasteurs de l’époque des années 1990 à un couple « chrétien », (je mets chrétien entre guillemet) pour le vol de nos meubles qu’on avait entreposé dans son entrepôt pourtant fermé et gardé par des chiens de garde.

Le vécu de mon enfance plus tout ça, on est humain, on a des émotions et un jour la soupape si on ne défait pas le bouton de la pression, la marmite explose.

Le début

Avant, deux ou trois avant que cela ne commence, j’étais avertis en parole prophétique qu’une épreuve m’attendait. Le Seigneur m’avertissait d’un temps de descente, de guérison, de rejet, incompréhension et d’élévation.

En novembre 2006 j’ai commencé à avoir des symptômes de faiblesse et d’agressivité qui me prenait beaucoup d’énergie dans le corps. Je suis allé voir le médecin qui me dit : « C’est le signe d’une dépression, je t’envoie consulter un psychiatre. » J’ai été mis au repos 1 mois à l’hôpital dans un service psychiatrique.
Je travaillais à l’époque encore. A mon retour au travail, je ressens d’autre symptômes en moi comme des frayeurs et pris d’angoisse avec une peur imminente de mourir. Régulièrement j’étais sur une civière et sans la bonté d’un collègue, il m’était impossible de revenir chez moi. Avec mon épouse, nous habitions la région de Charleroi à l’époque en Belgique.

J’ai pensé que faire un changement d’air et de déménagé arrangerais mon état de santé. Notre fille était gardé par ma mère qui habitait La Louvière car avec ce que j’endurais, je ne savais plus trop m’en occupé, donc voilà notre choix de venir habiter ici. Je pensais que ça allait s’arranger mais ce fut le contraire. En 2007 en février, je suis mis à l’arrêt total de mon travail. Le patron ne pouvait prendre aucun risque, car j’allais régulièrement sur la civière l’après-midi pris de frayeur et d’angoisse et j’ai donc été mis en maladie totale.

J’ai commencé à culpabilisé encore plus de voir partir ma femme au travail chaque matin et moi resté à la maison. Pour moi en principe c’est l’homme qui doit subvenir aux besoins de la famille. J’ai donc fait une première tentative de suicide parce que je me sentais inutile et impotent et je fus hospitalisé presque 2 mois. Je pensais que ça allait s’arranger, mais non, cela fut pire. Je sentais de la violence en moi que je ne pouvais accepter et à chaque demande, ma psychiatre augmentait les doses de médicament.

J’avais un degré de violence en moi que j’aurai pu tuer un homme, peut-être un ours sans les calmants. S’il y a des infirmières qui entendent ce message et qui savent ce que fait un temesta de 2,5 mg, elle vous confirmera que normalement avec un seul, je devrai être apaisée, et même dormir quelques heures. J’en avais 4 par jour et j’étais debout encore.

En quittant la région de Charleroi, pour garder le contact humain et la chaleur humaine qu’on a entre frères et sœur dans la foi, j’ai commencé a cherché une église dans la région. Mais j’étais lassé, c’était de pire en pire, je ne supportais pas les gens venir vers moi pour me plaindre. Je me voyais par moment comme un cas désespéré, fini, toujours impotent. Et j’ai donc fait une autre tentative de suicide.
Je ne sais plus vous dire tout ce que je prenais, mais j’avais 15 médicaments tous les jours à prendre, dont des temestas, effexor, relaxent, somnifère. Tous les 4 mois j’étais hospitalisé plus de 1 mois et aussi quand j’étais pris de frayeur d’angoisse. Ma femme à dut endurer cela 7 années.

Après son travail, même si elle était fatiguée elle venait me voir en visite. Elle a sacrifié je dois dire sa vie pour moi. Je me culpabilisais de la faire souffrir, je me disais qu’elle méritait mieux que moi et j’ai fait une troisième tentative de suicide. Quelques pasteurs de la région ont essayé de m’aider, ils ont même prié avec moi. J’ai beaucoup prié Dieu pourquoi il n’agissait pas. Je leur en ai voulu parce que je me sentais incompris et qu’ils étaient inefficace.

En qui je mets ma confiance ?

On avait même rencontré un prophète que je vais nommer, Christian Fondacci. Je ne crois pas qu’on s’appréciait trop lui et moi. On a jamais eu d’accroche ensemble, j’ai même souvent senti que c’était très tendu de ma part entre lui et moi. Je lui ai en ai voulu. Mais dans un autre sens je dois le remercier car son attitude envers moi, je le réalise aujourd’hui m’a obligé de me battre. J’ai horreur de mettre les hommes à l’honneur mais parfois il faut savoir le reconnaitre. Surtout pour quelqu’un que je dis que je n’appréciais pas. Ma déception de voir les gens guéri et moi pas, j’ai rejeté la faute sur des pasteurs et des prophètes. J’étais révolté.

Pourquoi les autres sont guéris et moi je ne suis pas encore délivré. Comme des tas de gens critique les serviteurs de Dieu, je suis entré dans ce jeu parce que j’étais déçu.
Mais un jour le Seigneur me dit : « Pourquoi mets-tu ta confiance dans l’homme ? » Et j’ai donc compris que je devais crier à Dieu. Je me jetais a terre chez moi, j’implorai Jésus de me parler et de me dire pourquoi j’étais frappé de cette maladie. J’ai dut le faire avec persévérance durant 3 ou 4 années.
J’ai fait sur 7 ans de 25 à 30 mois hospitalisations en milieu psychiatrique, j’ai commencé à fumer à l’âge de 35 ans alors que je n’avais jamais fumé avant. Environs, j’étais à 120 cigarettes par jour, toutes les 5 minutes j’avais une cigarette en bouche. Je viens vraiment de loin.

Pourquoi ?

La bonne question qu’il fallait poser à Jésus, c’est pourquoi ?
J’ai posé la question avec persévérance et il fallait comme le fils prodigue reconnaitre ma misère. J’avais donc écris une chanson « L’enfant prodigue » parce qu’avant d’avoir la réponse, j’ai dû reconnaitre ma misère. J’ai reconnu en moi que la solution, les pasteurs et les prophètes ne l’avaient pas, il ne pouvait rien faire pour moi.

Donc un jour encore je crie à Dieu et il me dirige vers une photo que ma femme avait laissée sur la commode dans le salon et je vois sur cette photo ma femme avec le patron. Elle souriait mais son visage était très fatiguée. J’ai vu la mort sur notre couple, j’ai vu  qu’on allait être achevé et j’ai crié à Dieu, je me suis jeté à terre, j’ai pleuré. Il y avait personnes dans notre maison, j’étais seule et j’ai crié de toutes mes forces  « Jésus vient à mon secours. »

J’ai une relation très spéciale avec le Seigneur oui, vraiment. Quelqu’un m’a posé cette question  dans un mail ironiquement. On a vécu des miracles sur 25 ans dans notre marche avec Jésus. Bien des fois Dieu nous a protégés des pièges, même, Il nous a prévenus des dangers dans lesquels on sait empêtrer. Oui, j’ai une relation très spéciale avec Jésus.

Si vous doutez qu’il peut parler à son serviteur seul à seul, alors vous n’avez rien compris de la Bible. Abraham avait une relation intime avec Dieu. C’est Lui qui est venu lui dire de sacrifier Isaac son premier né, pas un homme. Dieu lui-même à parler seule à seule avec Abraham.
Quand j’ai crié de toute mes forces à Dieu et lui avoir encore demandé pourquoi, il me donna cette réponse : « Souviens-toi lorsque tu as voulu (Je ne vais pas dire de qui il s’agit) que cette personne te demande pardon pour ton passé » « Toi, l’avait tu vraiment pardonné ? » « Tu disais à tout le monde que tu avais pardonné cette personne mais il y avait encore des racines de rancune dans ton cœur »
La clé de la guérison se trouve dans le pardon total.

Le pardon

J’avais la conviction en moi que Dieu allait répondre et donc quelques jours avant, en consultation chez ma psychiatre, je lui demande de diminuer les doses d’antidépresseurs et de faire un sevrage. Elle n’a pas voulu disant que je devrais les prendre à vie vu que j’étais selon elle chronique. A chaque changement de saison, je rentrais 1 mois en psychiatrie sans compter les fois où j’avais ces frayeurs pris d’angoisse.

Ce jour-là quand j’ai vu la photo de mon épouse le seigneur m’avait parlé sur la raison de ce qui me frappait. La solution, aucun pasteur ni prophète ni une parole de connaissance d’un homme n’aurait pu m’aider. Il fallait que je reconnaisse ma misère et que je pardonne comme le Seigneur me l’avait demandé. Cela me fâche parfois quand je vois certains avec de la rancœur en eux sur ce qu’on leur a fait. Cela me fâche parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils risquent s’ils s’obstinent dans cette voie.

La guérison, le début

J’ai donc pardonné cette personne comme le Seigneur me l’avait demandé. Et 7 jours plus tard, il s’est produit comme je l’ai demandé au Seigneur que ce soit lui qui me guéri. La nuit du 21 au 22 février 2013 je suis visité par le Seigneur, dans mon corps. Je dois vous dire que durant 7 ans, je ne dormais plus avec mon épouse, j’avais peur de dormir la nuit par peur de mourir dans mon sommeil.

Mais cette nuit j’ai dormi un peu dans le canapé et mon épouse se réveille, notre fille était à l’internat à cette époque. Je lui fais son café pour me sentir utile avant son départ pour le bus de 5h26. A son départ je me couche sur le canapé et je tombe dans un songe.

Il y avait une femme qui vient me tenir la main. Elle chante en langue et il y avait une mélodie agréable qui apaisait mon cœur. Elle me chantait en langue et je voyais mon passé depuis ma naissance. Ce qu’elle disait, dans mon esprit je ne le comprenais pas, mais dans mon cœur, je sais qu’elle parlait d’amour depuis le jour de ma naissance ou j’ai été gardé bien des fois de la mort. J’ai vécu des choses dont je ne vais pas entrer dans les détails car l’avoir dit ne m’a pas servi. J’ai compris que moins de détails vous donner, mieux c’est car certain peuvent l’utiliser en disant : « Dieu m’a dit…. Blablabla » et vous manipule et essaient de vous mettre sous leur contrôle. Ce que fait exactement Jézabel.

La femme me parlait d’amour et j’ai entendu cette voix dans le songe de façon audible : « Je suis le père et la mère que tu n’as pas eu, lève-toi et maintenant bouge pour le Royaume, ne reste plus assis. Si tu ne te lève pas tu perdras ta famille et tu mourras». J’ai vu un futur dont je ne vais pas fournir les détails. Je me réveille à ce moment.

A mon réveil, je vais sur mon instrument de musique et je joue le chant que j’avais entendu. Et je remarque que je n’ai plus aucune crise d’angoisse. Je sens qu’il s’est passé quelque chose en moi, dans tout mon corps il y a une paix, je n’ai plus de frayeur et c’est vrai, il n’y a que moi qui peut le dire, pour ceux qui ne me croient pas. Mais quelques un qui m’ont connu du temps où j’étais sous l’emprise de la dépression peuvent dire qu’il s’est passé quelque chose et d’autre ne veulent pas l’admettre. Autre fois, les trait de mon visage était endormi, comme drogué.

J’ai donc posé la question à propos des antidépresseurs à Jésus. Je vous ai dit que je prenais de très fortes doses. Autrefois, quand j’ai essayé de moi-même, je me retrouvais à l’hôpital oubliant mon nom et mon adresse. J’ai donc posé la question à Jésus car la psychiatre n’avait pas voulu diminuer et me faire passer au sevrage. C’est vrai qu’en tant que non croyante en ayant fait des révélations que j’avais des envies de meurtre, j’aurai réfléchi aussi.
Donc, le Seigneur me dit : « Tu vas te sevrer en 1 mois » et effectivement, après 1 mois, je ne prenais plus rien. Mais alors mon épouse me dit : « Il y a encore beaucoup de médicament, on les gardes au cas où tu rechute ? ». J’ai eu un petit soupçon de doute à me dire : « et si je retombais ? » Mais j’ai agis avec foi et j’ai dit, on jette tout, je ne veux plus toucher a un seul antidépresseurs de ma vie. En principe il faut de 6 mois à 1 an pour être sevré des doses que je prenais. Cela est confirmé par une infirmière qui est ma belle-sœur.

Ceux qui doutent

J’ai donc annoncé à des pasteurs qui ont douté et dit : « Oui, mais il faut vraiment en être sûr, tu ne peux pas arrêter les antidépresseurs comme ça sans avis médical ». Depuis le jour où j’ai annoncé ma guérison, j’ai vraiment senti l’incompréhension de beaucoup. On voulait prier pour ma guérison alors que je sais que Jésus m’a guéri. Encore aujourd’hui des gens ne croient pas parce que je n’ai pas fourni un certificat médical devant leurs yeux.

D’un côté on entend des prêcheurs sur leurs estrades parler de miracles, ils veulent la gloire….. Enfin pas tous mais bon. Et quand tu dis : « J’ai été guéri dans mon sommeil », comme cela ne s’est pas fait aux yeux de tous, je suis un menteur. Encore il y a quelque jour avant la publication de ce témoignage quelqu’un me demande de faire une confession de non guérison. Sous la menace de dévoiler tout ce qu’on s’est dit en confession, il me presse de faire un démenti. Donc, je fais passer Dieu pour menteur si je cèdais à sa demande.
Après autant d’années sans antidépresseurs, si je n’étais pas guéri comme certain le prétendent, je serai allé les trouver. Car je vous l’ai dit, je prenais des doses de plus en plus forte, j’étais capable de tuer un homme voir un ours. J’ai été combattu contre ce témoignage. Un pasteur voulait s’attribuer la gloire de son église quand il voulait que je cite son nom dans mon témoignage public.

En fait, si je comprend, si l’homme ne peut tirer aucune gloire au travers de vos guérisons, ce qu’il se passe en dehors de l’assemblée n’a aucun intérêt pour lui.

Je veux dire désormais à ces gens que si vous ne croyez pas aux miracles que Dieu a fait en moi, alors vous ne croyez pas en l’invisible, c’est-à-dire Jésus. Vous faites passer Dieu pour menteur. Des tas de personnes ont un bout de papier qui confirme leurs guérisons, mais de leurs langues ils doivent faire une cure pour en être guéri.
De voir l’incompréhension des gens et le doutes, je ne voudrai même plus saluer. Mais la raison pour laquelle ils le font, je le sais. Le Seigneur m’en avait parlé par un serviteur aux alentours de 2003 bien avant que je sombre dans la maladie que des gens ne me croiront pas après avoir été relevé. Je sais que derrière tout ça ce n’est pas eux qui font cela.

Matthieu 17:20 reprend sévèrement les disciples qui ont douté
Le doute, le dictionnaire le définit en ces termes. Un incrédule c’est quelqu’un: Qui est sceptique en matière religieuse ; incroyant : Essayer de convaincre les incrédules. Qui ne croit pas quelque chose, ou qui est naturellement porté au doute : Hocher la tête d’un air incrédule.

Le diable veut que je reprenne la maladie en confessant à la demande de cette personne que je ne suis pas guéri. En 2013 le Seigneur Jésus m’avait dit que si je retombais dans cette maladie, si je ne bouge pas, je perdrai ma famille et je mourrai.

Je sais que j’approche de la promesse que le Seigneur nous a fait à notre couple et notre maison en 2003.
Il s’est produit exactement ce que ce serviteur nous avait dit à mon épouse et moi.

C’est dur parfois de vivre l’incompréhension des gens, et pourtant je ne dois pas leur en vouloir. Ils font exactement ce que Dieu à prévu pour moi et notre maison.
Le Seigneur veut peut-être donner une leçon à ceux qui ont vécu le même cas lorsque après avoir été guéri, on a douté d’eux et ont repris ce qu’ils avaient, médicament et autres. Peut-être qu’ils se sentent encore plus mal qu’avant. Le diable veut te faire reprendre tes maladies et te mettre sous la malédiction pour t’achever. Mais Jésus, (si tu le crois) commande à toutes maladies qui essayent de reprendre le contrôle de ta vie de sortir de ta vie et de ton entourage.

La foi

Sans la foi de mon épouse, elle a souffert de mon état, elle a sacrifié de sa santé pour moi. Angela, plusieurs ne l’aime pas parce qu’elle est direct quand elle parle.
Un responsable me disait : « Il faut voir si tu es marié avec la bonne épouse ».

Oui, elle a été l’aide que j’avais besoin. Avec tout ce que je lui ai fait endurer, elle aurait pu aller voir après un autre homme. Je ne l’ai jamais frappé. Elle m’a supporté, elle courrait à mon chevet à l’hôpital quand j’y étais. Elle a prié longtemps et espéré un jour en ma guérison. Si elle est resté avec moi, c’est parce qu’elle a mis sa foi en action. Sans sa foi, je ne serai plus ici pour vous témoigner. Dieu m’a donner une bonne épouse, avec du caractère certes, mais il le fallait.

Dans la bible Paul parle dans Hébreux de la foi d’Abraham et autres (Hébreux 11)…. Mais mon épouse Angela a eu une foi en Dieu comme eux pour moi. Il y a beaucoup d’amour plus qu’au premier jour que l’on s’est rencontré. Sa foi a payé. On est marié depuis 24 ans  et si cela m’étais possible de renouveler mes vœux, c’est avec elle que je veux rester 24 ans de plus et jusqu’à la mort.
Refusez le doute si on vient vous le mettre dans vos oreilles. Cette voix n’est pas celles de Dieu mais du diable. La Parole de Dieu dit : « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » Romains 8 :1

Ne doutez plus, refuser le doute

Si le Christ vous a guéri, ne reprenez pas vos maladies si on doute de vous. Vous êtes le seul à savoir ce que Jésus a fait en vous comme moi et vous n’avez pas à justifier quoi que ce soit. Affirmez ce que vous êtes, c’est savoir qui vous êtes en Jésus-Christ, affirmez-vous, c’est cela votre identité en Jésus-Christ. Vous savez qui vous êtes et ce que Jésus a fait en vous. Seul Dieu peut sonder les cœurs et les reins. Et c’est ce qui s’est passé avec moi quand j’ai senti la présence de Dieu m’envahir dans mon sommeil. Il a sondé jusqu’à la moindre cellule de mon corps pour me guérir.

En général ceux qui ne vous croient pas le font pour mieux vous manipuler et vous garder sous contrôle. Tout comme Jézabel avait le contrôle sur le roi Achab et les prophètes. Un seul n’a pas fléchi le genou devant Baal en ce temps-là parmi les prophètes : C’est Elie.
On ne comprend pas pourquoi parfois et pour quel raison les gens doute de vous. Mais réaliser que si vous passer par ces épreuves, c’est parce que Dieu a un plan parfait pour vous. Il y a une place dans son plan Divin pour vous et moi.

Par ce témoignage, je veux affirmer que je suis bien guéri. Je ne laisserai pas la place aux doutes.
Soyez bénis et que notre Adonaï Yahvé Elohim vous gardent vous protège, vous délivre pour votre destinée dans son plan Divin.

Que Jésus vous bénisse, Amen

Roger Delplace.