Jésus de Nazareth (film)

Le film Jésus de Nazareth
L’histoire incroyable de Jésus la plus racontée depuis 2000 ans. Elle fascine, intrigue et questionne même les incroyants sur ce mystérieux personnage donnant sa vie pour le pardon de nos péchés.

Jésus, appelé aussi « Le Film Jésus », est un film américain qui décrit la vie de Jésus Christ en suivant principalement l’évangile de Luc de la Bible. Il a été réalisé en 1979 par l’Australien Peter Sykes et l’Anglais John Krish.

Première sortie : 19 octobre 1979 (États-Unis)

Réalisateurs : John Krish, Peter Sykes

Scénario : Barnet Bain

Langue : Anglais

Bande originale : Nachium Heiman, Nachum Heiman

Autre vidéo: Le ministère de Jésus

Preuve de l’existence de Jésus:

Document non biblique
Thallus

Historien païen dont les écrits qui datent de 52 sont perdus ; seuls quelques fragments cités par d’autres auteurs nous sont parvenus. Ainsi, Jules l’Africain, auteur chrétien des années 220 cite Thallus, à propos de l’obscurité qui a eu lieu lors de la crucifixion de Jésus :

« Thallus, au troisième livre de son Histoire explique cette obscurité par une éclipse, ce qui me parait inacceptable! ».

Il s’agit ici d’une preuve « indirecte » de l’existence de Jésus : le fait que cet auteur parle de « l’éclipse » qui a eu lieu lors de la crucifixion de Jésus, implique qu’il considère comme acquis l’existence de Jésus.

Josèphe (37 – 97)

Prêtre, pharisien, il était chef militaire Juif pendant la guerre contre Rome. Il s’est rendu au général romain Vespasien, pendant le siège de Jotapa, alors que beaucoup de ses compagnons se sont suicidés plutôt que de se rendre. Sa collaboration avec les romains l’a fait haïr par ses compatriotes juifs. Historien juif, il a écrit « Guerre des juifs » (75-79), et « Antiquités Juives » (93).

« …Jésus, qui était un homme sage, si toutefois on doit le considérer comme un homme, tant ses œuvres étaient admirables… Des chefs de notre nation l’ayant accusé devant Pilate, celui-ci le fit crucifier… Il leur apparut vivant et ressuscité le troisième jour… » (Antiquités 18.3.3)

« Anan le jeune, qui avait reçu le grand-pontificat, … réunit un sanhédrin, traduisit devant lui Jacques, frère de Jésus appelé le Christ, et certains autres, en les accusant d’avoir transgressé la loi, et les fit lapider. »

(Antiquités 20.8.1)

Remarque : Des critiques (qui ne remettaient cependant pas en cause que Josèphe ait parlé de Jésus) ont été émises quant à l’historicité totale du passage de Antiquités 18.3.3. A ce jour, l’authenticité globale de ce passage n’est plus mise en doute, même s’il contient peut-être quelques interpolations (« si on doit le considérer comme un homme », « il leur apparut vivant et ressuscité le troisième jour »).

Manuscrit Syriaque n° 14658 du British Muséum (date de 73 environ)

Lettre envoyée par un Syrien nommé Mara Bar-Serapion, à son fils Serapion. Alors qu’il est en prison, il encourage son fils à poursuivre la sagesse, soulignant que ceux qui ont persécuté les sages ont eu des problèmes. Il prend comme exemple les morts de Socrates, Pythagore et Christ. A propos de Christ il dit :

« … quel avantage les Juifs ont-ils gagné à exécuter leur roi sage ? Leur royaume fut anéanti peu après… »

Suétone (69 – 125)

Archiviste à la cour de l’empereur Hadrien. Disgracié en 122, il se consacra à des ouvrages historiques.

« Comme les juifs ne cessaient de troubler la cité sur l’instigation d’un certain Christus, il (Claude) les chassa de Rome » (Vie de Claude, XXV.11)

« Il livra aux supplices les Chrétiens, race adonnée à une superstition nouvelle et coupable » (Vie de Néron, XVI.3).

Ce passage n’est pas une preuve directe de l’existence de Christ ; mais il prouve qu’au temps de Néron, c’est à dire une trentaine d’années après la mort de Christ, il y avait des personnes qui se réclamaient de Christ : difficile de croire alors que Christ n’ai pas réellement existé !

Cornélius Tacite (55 – 118)

Il est considéré comme le plus grand historien de la Rome impériale.

Il décrit l’incendie de Rome en 64, et explique que les chrétiens sont devenus les boucs émissaires de Néron qui les accuse d’avoir provoqué le feu ; vers 116 il écrit :

« le nom de chrétien leur vient du nom de Christ, qui fut condamné sous le règne de Tibère, par le procureur Ponce Pilate, … » (Annales, 15.44)

Pline le Jeune (61 – 114)

Ecrivain latin. Il était gouverneur de la Bithynie (au nord-ouest de la Turquie) en 112. Dans une lettre adressée à l’empereur Trajan il lui demande conseil sur la façon de traiter les chrétiens :

« Ceux qui niaient être chrétiens ou l’avoir été, s’ils invoquaient des dieux selon la formule que je leur dictais et sacrifiaient par l’encens et le vin devant ton image que j’avais fait apporter à cette intention avec les statues des divinités, si en outre ils blasphémaient le Christ – toutes choses qu’il est, dit-on, impossible d’obtenir de ceux qui sont vraiment chrétiens -, j’ai pensé qu’il fallait les relâcher… [Ceux qui disaient qu’ils étaient chrétiens] affirmaient que toute leur faute, ou leur erreur, s’était bornée à avoir l’habitude de se réunir à jour fixe, avant le lever du soleil, de chanter entre eux alternativement un hymne au Christ comme à un dieu, … » (Lettres et Panégyrique de Trajan : X/96/5-7)

Ce texte n’affirme pas l’existence de Jésus Christ, mais la confirme de façon indirecte : il prouve en effet qu’au début du IIème, des hommes et des femmes croyaient fermement à son existence.

Lucien de Samosate (125 – 192)

Ecrivain grec satirique. Il parle de Christ comme :

« Celui qui est honoré en Palestine, où il fut mis en croix pour avoir introduit ce nouveau culte parmi les hommes… Le premier législateur [des chrétiens] les a encore persuadés qu’ils sont tous frères. Dès qu’ils ont une fois changé de culte, ils renoncent aux dieux des Grecs, et adorent le sophiste crucifié dont ils suivent les lois. » (Mort de Pérégrinus, paragraphe 11-13)

Celse (IIème ap J.C.)

Philosophe platonicien. Il est romain et auteur du « Discours véritable « , virulente attaque contre le christianisme. Il écrit :

« Vous nous donnez pour Dieu un personnage qui termina par une mort misérable une vie infâme ».

Remarque : On ne connaît ses écrits que par la réfutation qu’en fit Origène dans son livre « Contre Celse »

Le talmud

Le Talmud est composé de la Mishna (recueil de lois et traditions juives mises par écrit vers le IIème) et des Gemaras (commentaires de la Mishna). Le Talmud Babylonien qui a été achevé d’écrire vers la fin du IVème siècle :

  • ne met pas en doute la réalité historique de Jésus-Christ,
  • dit que Jésus était transgresseur de la loi, pratiquant la magie, faisant fi des sentences des sages, …
  • dit que ses disciples guérissent les malades en son nom.

Il est important de noter que le Talmud est à priori hostile à Jésus : on ne peut donc taxer ses textes de partisans. Ainsi, le Talmud atteste fortement l’historicité de Jésus, mais aussi le fait que Jésus accomplissait des miracles puisqu’il considère que Jésus pratiquait la magie ! Et il en est de même pour les miracles accomplis par les disciples puisqu’il reconnaît que ses disciples guérissaient des malades en son nom …

Source: Info Bible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 27 =