Appelé à bénir

Nous sommes appelé à bénir, et surtout pas maudire selon ce que Pierre nous enseigne inspirée par le Saint Esprit dans sa première épitre chapitre 3 verset 9.

Que nous soyons injuriées, calomnié par les païens non croyant, nous le considérons comme tout a fait normal et nous tentons de mettre en application la recommandation de bénir en le remettant entre les mains de Dieu. Enfin peut être, car dans qu’elle sentiment les remettons-nous entre les mains de Dieu?

En pensant a ce que le Seigneur nous fasse justice par des malheurs qui leur tomberons sur la tête, ou bien penserons-nous dans nos prières de bénédiction à ce que Dieu change la vie de celui qui nous persécute, nous injuries, nous calomnie? Dans nos prières de bénédiction pensons-nous a ce qu’il soit sauvé et arraché a un destin mortel?

Sachez que j’ai déjà fait des prières de bénédiction envers des gens qui nous ont fait du mal. Mais dans le fond, la bénédiction que je demandais, c’était la justice. En final, 3 personnes sont décédé. Avant que je ne passe par l’épreuve de la dépression, j’avais de telle pensée dans mes prières.

Nous sommes parfois injuriées et moqué par le monde, et ce que le Seigneur m’a montré c’est qu’ils peuvent nous bénir. Si nous bénissons vraiment sans arrière-pensée, la pluie peut avoir un retour bénéfique le jour ou nous serons dans la détresse.

Un autre constat, c’est que de telles pensées, nous pouvons les avoirs pour ceux qui fréquentent nos assemblées, frères et sœurs dans la foi. Un responsable pour ne pas nommer son titre, m’écrivait que le Seigneur lui indiquait qu’il devait maudire les gens qui ont été contre eux. Je lui disais « Mais frère, reviens à la raison, nous sommes appelé à bénir et surtout pas à maudire même nos frères et sœurs dans la foi ».

Qui n’a jamais été blessé, qui à déjà été injurié, calomnié persécuté?

Le meilleur moyen de nous diviser, c’est la tactique que l’adversaire utilise. Nous considérons normal d’être attaqué par les païens, mais moins normal d’être attaqué de l’intérieur. C’est un gros travail que nous devons faire sur nous-même. Chercher la raison réel de ce pourquoi nous sommes tant rejeté, injurié, calomnié et j’en passe, et surtout d’être accusé faussement.

Il est certes souhaitable de ne pas fréquenté les gens de mauvaise compagnies, ceux qui vivent dans l’immoralité sexuel, les idolâtres, les adultères, les travestis, les homosexuels, les voleurs, les hommes toujours désireux de posséder plus, les ivrognes, les calomniateurs, les exploiteurs. Paul dit « En fait, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas entretenir de relations avec quelqu’un qui, tout en se disant votre frère, vit dans l’immoralité sexuelle, est toujours désireux de posséder plus, idolâtre, calomniateur, ivrogne ou voleur, de ne pas même manger avec un tel homme. » et encore « Chassez le méchant du milieu de vous. » (1 Corinthiens 5:11-13).

Nous le chassons parce qu’une pomme pourrie peut contaminer les autres, mais ce que nous devons souhaiter, c’est que le méchant se repent de ses agissements. Nous le bénissons, sortant des paroles de grâce de notre bouche pour qu’il soit sauvé.

Si nous prions la bénédiction mais que le fond de notre pensée et tout le contraire de ce que nous demandons, nous sommes pareil que ces injustes. Le Seigneur sait déjà ce que nous avons comme requête avant que nous ouvrons la bouche. Quand viendra la fin, si nous avons réclamé justice et vengeance, nos actes, nos mots et nos pensées seront passée en jugement.

Notez bien que bénir ne veut pas dire que vous devez aller manger à la même table. S’il n’y a pas de changement d’attitude, cela pourrait être un danger pour vous (1 Corinthiens 5:11). Souvenez-vous de l’histoire de Balak et Balaam.

Balak insiste pour que Balaam demande à Dieu de maudire son peuple. Mais il ne sait pas car le Seigneur met des paroles des bénédictions dans sa bouche (Nombres 22:2 à chapitre 25:9).

Si nous bénissons, nos paroles aurons de l’effet tôt ou tard et si nous maudissons, nos paroles auront de l’effet tôt ou tard aussi, mais nous devrons répondre de chaque actes et chaque parole, bonne mauvaise.

Que nos paroles proclament la vie, l’annonce de la repentance et la grâce qui Sauve. En effet le Seigneur ne souhaite pas que le méchant meurt, mais qu’il soit sauvé, OUI.

Pour terminer, lisons un oracle du Seigneur dans Ézéchiel 18:21-23 « Si le méchant renonce à tous les péchés qu’il a commis, s’il respecte toutes mes prescriptions et applique le droit et la justice, il vivra, il ne mourra pas. Toutes les transgressions qu’il a commises seront oubliées. Il vivra grâce à la justice qu’il a pratiquée. Est-ce que je prends plaisir à voir le méchant mourir? déclare le Seigneur, l’Eternel. N’est-ce pas plutôt à le voir changer de conduite et vivre? « 

Versets 31 et 32 « Débarrassez-vous de toutes les transgressions que vous avez commises! Faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau! Pourquoi devriez-vous mourir, communauté d’Israël? En effet, je ne prends pas plaisir à voir mourir quelqu’un, déclare le Seigneur, l’Eternel. Changez donc d’attitude et vivez! « 

Quoi qu’il fasse, le Seigneur ne souhaite pas de voir périr l’homme, mais qu’il soit sauvé et qu’il vive, OUI (Jean 3:16).

Bonne méditation,

Roger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 8 =